Casque Audio

Test Sendy Apollo : le casque planaire 100% décontracté, tout en douceur

Par Jo, le 9 mai 2022 — 10 minutes de lecture
Test Sendy Apollo

Je vous présentais il y a quelques semaines le tout dernier-né de chez Sendy Audio, le Apollo. Ce casque planaire ouvert marque la volonté de la marque chinoise de se rendre accessible au plus grand nombre. Affiché à moins de 500€, le Sendy Apollo cherche ainsi à marcher sur les plates-bandes de certains poids lourds tels que le iBasso SR2. Pari réussi ? Voici mon verdict.

Sendy Audio est une marque chinoise spécialisée dans les casques haut de gamme. Des références comme le Aiva ou le Peacock ne vous sont probablement pas inconnues. D’ailleurs, Sendy est la marque-soeur de Sivga, qui est plus orientée vers l’entrée de gamme. J’utilise encore avec plaisir les excellents Phoenix et Robin.

Cette semaine, on passe à la vitesse supérieure. Si le Apollo est le moins cher des casques Sendy Audio, il n’en reste pas moins l’un des plus perfectionnés de la marque, adoptant des transducteurs planaires haut de gamme, directement hérités du Peacock. Après plusieurs jours de tests, une chose est sûre : ce petit casque ouvert a un bel avenir devant lui !

 

Note : le Sendy Apollo présenté dans cet article m’a été prêté par Delta-Audio, que je remercie chaleureusement. Je ne touche aucun argent de la part du constructeur. La seule source de revenus de ce site est générée par les liens d’achat affiliés proposés dans ce test.

Sendy Apollo : spécifications techniques

Plus on monte en gamme, plus les casques à transducteurs planaires deviennent monnaie courante. Tout comme ses prédécesseurs de chez Sendy Audio, le Apollo bénéficie de cette technologie. En fait, il récupère même le système Quad Former du Peacock, vendu trois fois plus cher. Rien que ça !

Sendy Audio Apollo

Pour info, ce système Quad Former met en branle deux aimants, un de chaque côté du driver. La membrane, équipée elle-même de deux bobines, est ainsi entourée par une bobine de chaque côté. En temps normal, la plupart des casques planaires n’utilisent qu’une seule bobine d’un seul côté. En théorie, un montage de ce style permet de faire bouger la membrane avec plus d’efficacité et d’avoir un son de meilleure qualité.

Avant de vérifier ça dans les faits, voyons un peu ce que nous indique la fiche technique du casque Hi-Fi chinois :

  • Topologie : casque circum-auriculaire ouvert
  • Architecture : driver planaire 68 mm
  • Impédance : 16 Ω
  • Sensibilité : 95 dB
  • Plage de fréquence : 20 Hz à 40 kHz
  • Câble : dual-mono en Y 2.5 mm – 2 m de longueur
  • Prise : Jack 4.4 mm symétrique

Bien que les modèles planaires soient souvent plus difficiles à driver que les casques dynamiques plus classiques, vous ne devriez avoir aucun mal à faire chanter le Apollo au mieux de ses capacités. Son impédance très faible joue en sa faveur. L’idéal sera de lui adjoindre un baladeur audiophile avec une sortie 4.4 mm symétrique, comme le Shanling M3X par exemple.

La vidéo de TechnoidFR

L’ami P.A. vient de sortir une vidéo très complète sur le Sendy Apollo. Comme toujours, c’est à retrouver sur sa chaîne YouTube, aux côtés de dizaines d’autres tests !

Packaging

Pour l’emballage de son casque, Sendy va au plus simple en reprenant la même sacoche de transport rigide que sur le Sivga Phoenix. Celle-ci est assez compacte, le casque rentre tout juste dedans.

Package Sendy Apollo

Il est accompagné par une petite sacoche en tissu contenant le câble et un adaptateur 4.4 mm vers 3.5 mm. C’est sobre mais efficace. Une paire de pads en supplément, comme sur le iBasso SR2, aurait quand même été sympa.

Câble

Le Apollo se pare d’un câble assez sexy, à défaut d’être le meilleur du monde. Il est tressé et arbore une protection en plastique, chaque brin étant d’une couleur différente : cuivre et marron foncé. Visuellement, ça colle bien au look boisé du casque.

Câble Sendy Apollo

Niveau confort, je dirais que ce câble est un peu trop souple. Il risque de s’emmêler de temps en temps si vous ne le l’enroulez pas bien comme il faut. De plus, les brins en Y me semblent un peu fins, il faudra faire attention à l’usage pour ne pas les arracher.

Petit atout de ce câble : sa terminaison 4.4 mm symétrique. Celle-ci permet de profiter d’un max de puissance si elle est couplée avec une source adéquate. Si nécessaire, un adaptateur 3.5 mm est fourni dans la boite, histoire de garder un format standard.

Design et finitions

Décidément, les casques de chez Sendy/Sivga sont diablement séduisants !

Design Sendy Apollo

Tout comme le Phoenix et le Robin, le Apollo bénéficie d’une design mélangeant bois et acier. Les coques d’oreillettes sont conçues en palissandre massif et vernies. Chaque oreillette est pourvue d’une grille percée, avec un motif en étoile par-dessus. C’est beau, très beau.

Oreillette Sendy Apollo

Côté arceau, Sendy reprend le double arceau de ses précédentes productions. Ce dernier mélange cuir et métal. La glissière très ferme assure un réglage optimal pour chaque tête. Les oreillettes sont aussi réglables. En bref, c’est très bien fichu, le Apollo est magnifique.

Arceau Sendy Apollo

Confort

Vous vous souvenez du Sivga Robin ? Hé bien le Sendy Apollo en reprend quelques éléments à son avantage, à commencer par les coussinets à mémoire de forme hyper confortables. Mais là où ces derniers se montraient un peu étroits sur le Robin, ils sont parfaitement arrondis sur le Apollo.

Coussinets Sendy Apollo

Le casque est une vraie merveille de confort. Les coussinets sont profonds et larges, de sorte que les oreilles ne touchent pas les bordures. La force de serrage est juste comme il faut, ça ne serre pas autant que le Focal Celestee par exemple.

En fait, le Apollo boxe dans la même catégorie que le iBasso SR2. Celui-ci avait moins de clamp mais des coussinets plus rigides. Dans les deux cas, c’est le genre de matos que vous pouvez porter des heures et des heures sans la moindre fatigue !

Qualité sonore

Sources de test : Hisense Touch, Shanling M3X

Vous voulez de la douceur ? Un peu de chaleur ? Alors le Sendy Apollo devrait vous plaire. Contrairement au Phoenix qui était très joueur, le dernier-né de la marque asiatique se pose comme une solution décontractée. Oui, comme le iBasso SR2, qui est clairement son principal concurrent.

Rendu global

Le Sendy Apollo est un casque relativement équilibré. Planaire oblige, on profite de basses très linéaires, avec une certaine profondeur mais loin d’être « boomy ». La décontraction prime avant tout. Les amateurs de son plus vigoureux iront probablement voir ailleurs, le Phoenix étant un bon choix.

Sendy Apollo et Shanling M3X

Le casque planaire dégage une tonalité chaleureuse, qui se diffuse sur tout le spectre. Les médiums en profitent largement, ce qui apporte un côté doucereux pas désagréable aux voix. J’aurais quand même aimé une plus grosse mise en avant de cette partie du spectre. Le SR2 se débrouillait mieux sur ce point.

Les aigus sont eux aussi très décontractés. Le Apollo ne vous défoncera pas les oreilles à coups de pics de brillance. C’est un atout indéniable : il ne fatigue pas le moins du monde. Un peu d’extension dans le haut du spectre aurait quand même été sympa. En l’occurrence, le petit planaire de Sendy passera plus facilement sur du jazz que de l’électro ou du métal. Sa douche chaleur sied parfaitement aux styles soft, décontractés.

Scène sonore et précision

Si le côté ouvert du Apollo lui procure une belle aération, le casque n’en conserve pas moins une scène sonore assez réduite. Ça colle bien au côté doux de l’ensemble : c’est le genre de matos qu’on enfile quand on veut écouter quelques morceaux en acoustique, au calme, en toute intimité. Le son ne colle pas au crâne mais ne décolle pas spécialement des oreilles.

Dans la même veine, ce n’est pas le casque qui ira chercher le plus de détails au monde. De mémoire, la signature plus claire du SR2 allait déterrer plus de micro-détails. Avec le Apollo, nous ne sommes pas sur du monitoring. Comme je le précise depuis un moment, ce casque vise la décontraction : on le met sur le crâne, on souffle un grand coup et on se détend. On profite juste du rythme doux, en se laissant bercer.

Comparaisons

Sendy Apollo vs Harmonicdyne Poseidon

Sendy Apollo et Poseidon

Pour ce test, j’ai décidé de mettre le Apollo face à un concurrent tout aussi jeune que lui : le Harmonicdyne Poseidon. S’il n’emploie pas de transducteurs planaires – on est sur des drivers dynamiques en nickel – et coûte un peu moins cher que son concurrent, le Poseidon adopte lui aussi un design en bois et métal ainsi qu’une signature chaleureuse.

D’ailleurs, difficile de départager les deux casques ouverts tant ils sont bons. Le Appolo est toutefois plus doux – de peu – que le Poseidon, qui tend à avoir des aigus plus marqués et tranchants. Le « dieu des mers » apporte plus de détails dans l’écoute, avec une scène plus large, mieux définie. Les basses restent douces des deux côtés, le choix se fera donc sur le rendu des aigus, selon les goûts.

Côté confort, il n’y a pas photo : le Sendy Apollo est bien mieux doté que le Poseidon qui récupère plus ou moins la même architecture que le Harmonicdyne Zeus. Il sert plus fort le crâne, ses pads en tissu tendent aussi à vite faire chauffer les oreilles malgré leur douceur. En revanche, le Poseidon propose bien plus d’accessoires que son rival, à commencer par une mallette en métal de transport du plus bel effet. Mais je vous en dirais plus dans un prochain test !

Conclusion

 

L’avis de ChiFi.fr
  • Design et finitions
  • Confort
  • Qualité sonore
  • Rapport qualité/prix
4.5

Résumé

Le Sendy Apollo est une belle réussite. Tout d’abord, c’est une merveille de design et de confort. Pour son prix, c’est une véritable pépite de ce point de vue.

Côté son, il fait aussi mouche avec une signature très douce, hyper relaxante. S’il aura du mal à séduire les amateurs de rock, métal et autres genres qui bougent fort, il n’aura aucun problème à convaincre les personnes qui aiment les genres plus soft comme le jazz. Si vous voulez un son chaleureux, calme pour buller tranquille dans le canapé, foncez sur le Sendy Apollo sans tarder !

Jo

Rédacteur depuis des années, je suis récemment tombé dans le chaudron de l'audio. Écouteurs, casques et surtout baladeurs : j'ai une envie irrépressible de tester tout ce qui me passe dans les oreilles !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.