Casque Audio

Test Harmonicdyne Zeus : chaleur et puissance pour un casque ouvert pas comme les autres

Par Jo, le 19 juillet 2021, mis à jour le 23 juillet 2021 — 9 minutes de lecture
Design Zeus

Cette semaine, nous allons découvrir les joies du béryllium, matériau ô combien prisé par les audiophiles. Le dernier casque de chez Harmonicdyne, le bien-nommé Zeus, utilise en effet des transducteurs en béryllium. Faut-il pour autant sauter sur ce casque ouvert ? Réponse dans ce test.

Mon achat du Zeus s’est comme souvent fait sur un coup de tête, suite à une discussion avec les copains du Discord de TechnoidFr – rejoignez-nous ici – et la consultation de quelques tests sur le net. Les premiers retours étant très positifs, je ne voyais pas de raisons de ne pas craquer !

Pour le coup, je me suis commandé le pack sans boîte de transport afin d’économiser quelques euros. Je vous recommande toutefois de privilégier le pack intégral si vous comptez garder le casque plusieurs années, vous ne le regretterez pas.

Sur ce, voyons ce qu’a dans le ventre ce challenger commercialisé aux alentours de 300€. A-t-il de quoi en remettre aux Sennheiser, Meze et autres pointures de ce secteur tarifaire ? C’est ce qu’on va découvrir ensemble dans les paragraphes suivants.

 

Note : le Harmonicdyne Zeus présenté dans cet article a été acheté par mes propres moyens. Je ne touche aucun argent de la part du constructeur. La seule source de revenus de ce site est générée par les liens d’achat affiliés proposés dans ce test.

Harmonicdyne Zeus : spécifications techniques

Le Zeus est un casque ouvert fortement inspiré par le Helios, précédent modèle de chez Harmonicdyne. Il en reprend de nombreux aspects mais mise sur des transducteurs en béryllium pour se démarquer de la concurrence. Il faut dire que ce matériau se trouve d’ordinaire sur les casques les plus onéreux comme le Focal Stellia pour ne citer que lui.

Harmonicdyne Zeus

En dehors de ça, le Zeus est assez classique dans son approche, avec une fiche technique qui laisse entrevoir un casque ouvert assez exigeant :

  • Architecture : driver dynamique en béryllium 50 mm
  • Impédance : 64 Ω
  • Sensibilité : 100 dB
  • Plage de fréquence : non connue
  • Connecteur : câble en Y 3.5 mm
  • Prise : Jack 4.4 mm

L’impédance un peu plus élevée que la moyenne et la sensibilité assez basse du Zeus demanderont du matériel adapté. Oubliez le smartphone, il va falloir investir dans un bon baladeur audiophile, si possible équipé d’une prise 4.4 mm symétrique afin de profiter du plein potentiel de ce casque. Si vous n’êtes pas sûr de votre choix, n’hésitez pas à jeter un oeil sur mon guide pour les débutants.

Pour ma part, j’ai obtenu les meilleurs résultats avec un Cayin N3 Pro, utilisé avec la sortie 4.4 mm. Là, ça envoie clairement du bois !

Packaging

Pour ce casque, j’ai fait l’impasse sur la boîte de transport. Un choix que je regrette amèrement tant cette dernière semble haut de gamme…

Design Zeus

Pour le coup, j’ai donc obtenu le casque « nu » avec juste une petit boîte en carton contenant le câble et ses divers embouts. Au moins, ça m’aura fait économiser plus d’une cinquantaine d’euros !

Câble

Le premier élément qui surprend à l’ouverture du colis, c’est clairement le câble. Non seulement il adopte un look atypique, mélangeant tissu tressé et plastique, mais il est aussi doté par défaut d’un embout 4.4 mm. C’est la première fois que je vois ça sur du matériel audio, c’est assez surprenant !

Câble Zeus

Le câble est d’excellente qualité. La partie allant de la prise 4.4 mm à la séparation des fils est en tissu noir assez rigide, un peu épais. Une fois le Y atteint, chaque câble d’oreillette passe sur du plastique souple et fin. Ce mélange fait écho au mélange bois et métal du Zeus, c’est franchement sympa comme look.

Design et finitions

Passons maintenant à ce fameux casque. C’est indéniable, le Harmonicdyne Zeus ne laisse pas indifférent. Il mélange avec brio métal et bois, ainsi que quelques touches de plastique. L’ensemble offre un design atypique, un peu massif mais diablement séduisant, du moins selon mes goûts personnels.

Vue côté Harmonicdyne Zeus

Les oreillettes détonnent particulièrement avec leur extérieur en métal usiné de façon à former une sorte de rosace. Les parties en bois sont elles aussi d’excellente qualité. Les finitions sont donc irréprochables !

Confort

Le Zeus est beau. Il est aussi très confortable. Sans atteindre l’incroyable niveau du iBasso SR2, le casque de Harmonicdyne reste l’un des plus agréables à porter du moment malgré son poids assez élevé de 380 grammes environ.

Coussinets Zeus

Il utilise des coussinets recouverts de tissu. Ils sont suffisamment larges pour englober les oreilles les plus grosses. Ils adhérent bien aux contours du visage, sans appuyer exagérément. Ces coussinets, ni trop souples, ni trop rigides, permettent ainsi de garder le Zeus sur la tête pendant de longues heures sans souffrir le moins du monde.

Matériau Zeus

Le Harmonicdyne Zeus est ainsi l’un des casques les plus confortables de sa catégorie. Il tient mieux sur la tête que le Hifiman Deva, il est aussi confortable que le Meze 99 malgré un poids bien plus élevé et ne serre pas trop la tête comparé au Sennheiser HD6XX. Une véritable réussite !

Qualité sonore

Sources de test : Cayin N3 Pro, L&P W1, Xduoo X2S

J’adore le Zeus. Et pourtant, mes premières heures avec ce casque furent pour le moins ardues…

Harmonicdyne Zeus

Au départ, je trouvais le son de ce casque ouvert pour le moins étrange, en particulier à cause du découpage chirurgical qu’il fait avec le son. Et puis une fois le rodage de mon cerveau réalisé, plus moyen de lâcher ce petit Harmonicdyne Zeus !

Rendu global

Le Zeus est un casque plus naturel que je l’aurais imaginé. Il est certes chaleureux mais n’exagère pas sur ce côté. On est loin du Sennheiser HD6XX, limite trop sombre.

Le casque de chez Harmonicdyne est donc à même de satisfaire un large public grâce à son équilibre et son rendu assez naturel. Il n’est certes pas parfait mais assure d’excellentes prestations pour son prix.

Basses

Le bas du spectre est clairement le meilleur morceau du Zeus. Les basses sont d’une précision chirurgicale, incroyablement vives et rapides. Le Zeus n’a clairement pas à rougir des modèles planaires !

On a ce côté chaleureux qui apporte une touche de vivant au Zeus. Le rendu des basses reste néanmoins très naturel, sans les impacts souvent exagérés du Soundcore Life Q30 ou même du Meze 99. Un savant équilibre qui me fait adorer ce casque ouvert. On a un côté décontracté qui se mêle avec brio à la rapidité des transducteurs.

Médiums

Comme je le disais précédemment, le Zeus est un casque relativement équilibré. Les voix, si elles ne sont pas autant en avant que sur le Hifiman Deva, restent placées avec naturel. Elles ne sont pas écrasées par les basses et peuvent s’exprimer librement.

Le rendu est ici aussi d’un beau naturel. Il ne se dégage pas de chaleur particulière des médiums. On note néanmoins quelques traces de sibilance, avec des sifflantes parfois trop marquées. Rien de rédhibitoire mais on sent quand même les limites du Zeus dans ce registre.

Aigus

Du cristal. Voilà ce que m’évoquent les aigus du Harmonicdyne Zeus. Tout comme les basses, les aigus sont d’une finesse impressionnante, comme si le son était découpé à coup de scalpel.

Les drivers en béryllium ont une gestion assez spéciale des hautes fréquences. Les aigus montent parfois trop haut, tintant un peu trop fort à mon goût sur certains morceaux. Pas de quoi pourrir l’écoute sur une longue durée, même si les personnes sensibles aux aigus trop cristallins risquent de grincer quelques fois des dents.

Précision et scène sonore

Il y a un autre point qui m’a séduit sur le Zeus : c’est sa précision. S’il n’atteint pas le niveau des casques les plus haut de gamme, il arrive à reproduire le son d’une façon chirurgicale. Là où le iBasso SR2 est tout en douceur, le Zeus découpe le son comme un chirurgien, révélant les détails avec une précision impressionnante pour le prix.

La scène sonore très large de ce casque ouvert renforce cette impression. On détecte immédiatement le placement de chaque instrument sur la scène, ce qui augmente l’immersion. Pour le coup, la scène est même plus large que sur le SR2, bien que moins profonde. La présentation peut ainsi sembler trop frontale par moments.

Embouts Harmonicdyne Zeus

Pour obtenir le meilleur du Harmonicdyne Zeus, je vous recommande un baladeur puissant comme le Cayin N3 Pro, en utilisant la sortie 4.4 mm. Évitez les sources trop analytiques ou avec des aigus présents, comme le FiiO M11 Pro. Le casque est déjà assez analytique en lui-même, pas besoin d’en rajouter à moins d’aimer le son découpé comme un steak tartare !

 

Conclusion

L’avis de ChiFi.fr
  • Design et finitions
  • Confort
  • Qualité sonore
  • Rapport qualité/prix
4.1

Résumé

Le Harmonicdyne Zeus est une très bonne surprise. Doté d’un son chaleureux et équilibré, ce casque brille par sa précision digne d’un chirurgien. Il sait être naturel tout en étant vigoureux juste comme il faut. Et puis ce design bois/métal totalement atypique, comment y résister ?

Si vous voulez tenter l’aventure du driver béryllium, foncez sans hésiter sur le Harmonicdyne Zeus. Il a ce qu’il faut pour séduire un large public en restant très abordable !

Jo

Rédacteur depuis des années, je suis récemment tombé dans le chaudron de l'audio. Écouteurs, casques et surtout baladeurs : j'ai une envie irrépressible de tester tout ce qui me passe dans les oreilles !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.