Ecouteurs Intra Auriculaires

Test Hidizs MM2 : des intras audiophiles avec une signature sonore modulable

Par Jo, le 14 avril 2022, mis à jour le 12 juillet 2022 — 9 minutes de lecture
Test Hidizs MM2

Les écouteurs intra-auriculaires Hidizs MM2 sont enfin arrivés. Quelques semaines après leur présentation officielle, j’ai eu l’occasion de mettre les mains sur ces intras chifi commercialisés à moins de 80€. Voici maintenant l’heure du verdict.

Hidizs est une marque que j’affectionne. C’est le genre de société qui ne cherche pas à faire des flammes – quitte à se brûler les doigts – mais plutôt à trouver le délicat équilibre entre bonne qualité et prix décent.

Je me souviens avec nostalgie de mon vieux baladeur AP80 Pro et de mes intras MS1 Mermaid. Du matos d’excellente facture, fiable et allant à l’essentiel. Les écouteurs MM2 entendent bien perpétuer cet esprit en nous proposant du bon son à moins de 80€. Et histoire de faire les choses à fond, ces IEM embarquent un driver magnéto-statique qui vient en renfort du classique transducteur dynamique. Ça promet !

 

Note : les Hidizs MM2 présentés dans ce test ont été prétés par la marque. Je ne touche aucun argent de la part du constructeur. La seule source de revenus de ce site est générée par les liens d’achat affiliés proposés dans ce test.

Hidizs MM2 : spécifications techniques

Avec ses MM2, Hidizs cherche à séduire aussi bien les amateurs que les audiophiles. Très simples à driver, les écouteurs chinois se veulent dotés du meilleur de la technologie audio actuelle.

Intras Hidizs MM2

Voici ce que nous indiquent les specs :

  • Type : écouteurs intra-auriculaires
  • Architecture : 1 DD + 1 BM
  • Impédance : 18 Ω
  • Sensibilité : 104 dB
  • Plage de fréquence : 20 Hz à 40 kHz
  • Câble : 2-pins 0.78 mm
  • Prise : Jack 3.5 mm

Tout comme les CCA NRA, les Hidizs MM2 adoptent un  transducteur magnéto-statique qui gère les hautes fréquences. De son côté, le driver dynamique de 10.5 mm s’occupe des basses et moyennes fréquences. L’avantage d’une telle configuration est sa faible demande en puissance. N’importe quelle source sera en mesure d’alimenter ces intras.

Bon, bien entendu, je vous conseille d’utiliser un baladeur audiophile au minimum pour profiter d’un bon son. Si votre smartphone Xiaomi arrivera sans problème à alimenter les IEM chinois, un bon DAC sera indispensable pour obtenir une expérience optimale.

Packaging

Si vous avez déjà investi dans des écouteurs chinois à moins de 100€, nul doute que le packaging a du vous décevoir. Ce ne sera heureusement pas le cas pour les Hidizs MM2. J’ai rarement vu une boite aussi bien remplie !

Packaging Hidizs MM2

 

Les écouteurs sont fournis avec pas moins de six paires d’embouts : trois profonds et trois de faible profondeur. Ajoutez à ça un boitier de transport en similicuir et une plaquette en métal avec des filtres pour modifier le son. La grande classe !

Câble

Commençons la présentation par le câble. Celui-ci met la barre très haut avec un design tressé du plus bel effet. Les couleurs se marient bien aux écouteurs.

Câble Hidizs MM2

Le fil est l’un des plus souples que j’ai jamais vu. Malgré ça, le câble s’emmêle rarement. Comme toujours, Hidizs prend grand soin des finitions.

Le seul petit point qui me dérange réside dans les crochets d’oreille, un peu trop souples à mon goût. Ça n’empêche toutefois pas le port des intras de rester confortable.

Design et finitions

J’avais adoré les finitions des MS1 Mermaid à leur époque. S’ils sont moins chers, les Hidizs MM2 n’en sont pas moins bons.

Design Hidizs MM2

La coque en résine est parfaitement assemblée avec les faceplates en métal. Le look extérieur fait d’ailleurs penser aux vénérables Yinyoo Topaz avec leur découpe de style « diamant ». C’est très élégant, parfaitement moulé.

Faceplate Hidizs MM2

Hidizs démontre une fois de plus un très grand savoir-faire dans la conception de ses écouteurs intra-auriculaires.

Confort

Le plus gros défaut des MS1 Mermaid était leur confort assez aléatoire. Je craignais donc que les MM2 suivent la même voie… Il n’en est rien !

Avec leurs six paires d’embouts, les intras de Hidizs devraient convenir à la plupart des oreilles. Pour ma part, j’ai privilégié les modèles profonds en taille M. Je trouve qu’ils tiennent mieux dans les oreilles. Ainsi, je n’ai eu aucun problème à porter les intras durant plusieurs heures en tout confort.

Dans l’absolu, vous pourrez vous amuser à basculer d’une paire d’embouts à l’autre pour essayer différentes sonorités. En couplant le tout aux filtres, les écouteurs chinois peuvent ainsi se parer de nombreuses sonorités variées !

Qualité sonore

Sources de test : Shanling M3X, Hisense Touch

Les Hidizs MM2 sont du genre à séduire le grand public avec leur signature en V. Si cette approche est classique à ce niveau de prix, la présence de filtres pour modifier le son l’est moins.

N’oublions pas non plus la présence d’un driver BA magnéto-statique, une tendance qui reste rare en entrée de gamme.

Rendu global

Un bon gros V des familles : voilà ce qui vous attend sur les écouteurs à fil de Hidizs. Les basses sont bien assises, avec un vibrant qui se fait bien sentir, sans trop en faire. On est sur des basses fréquences moins puissantes que les Tingker TK300, moins viscérales mais quand même bien joueuses.

Hidizs MM2 et Shanling M3X

C’est dans les médiums que le V se fait sentir. Les voix masculines ont ainsi tendance à pas mal s’effacer sur certains morceaux, avec un petit écrasement causé par les basses fréquences. Pour y remédier, je vous recommande de basculer sur les filtres rouges qui rehaussent les basses et les bas-médiums, ce qui relève un peu les voix en passant.

Du côté des aigus, le transducteur BM fait un travail entre deux eaux. Si on ressent une bonne clarté à l’écoute, on distingue sur certains morceaux un pic qui peut se montrer un peu fatigant selon les genres, avec les cymbales qui « grattent » un peu. Et manque de bol, les filtres ne permettent pas d’arranger ça.

Filtres

Parlons d’ailleurs de ces fameux filtres. Hidizs tente quelque chose de radicalement nouveau avec ses intras MM2. Au lieu de modifier la buse comme sur les NiceHCK NX7 Pro, le constructeur asiatique utilise des évents à visser sur le côté extérieur des écouteurs.

En jouant sur le passage de l’air expulsé par les écouteurs, les MM2 arrivent ainsi à nous produire diverses sonorités. Par défaut, ce sont les filtres couleur cuivre qui équipent les écouteurs intra-auriculaires. Les rouges poussent les basses et les gris jouent sur les aigus.

Filtres Hidizs MM2

En fait, tous ces filtres modifient surtout le rendu des basses fréquences. Les aigus restent inchangés et en aucun cas vous ne pourrez éliminer le pic ressenti dans les hautes fréquences. Mais en poussant plus ou moins les basses, vous aurez un rendu amélioré sur les voix.

Pour ma part, j’ai obtenu un rendu très satisfaisant avec les filtres rouge et les embouts profonds. Libre à vous de jouer sur les combos pour trouver la sonorité qui convient le plus à vos goûts et les genres écoutés.

Scène sonore et précision

Il y a bien un point où les Hidizs MM2 m’ont bluffé : la scène sonore. J’ai rarement vu des intras qui voient si large dans cette gamme de prix. C’est particulièrement parlant avec les filtres cuivre et gris. La musique se décolle littéralement des oreilles, bien loin de la tête.

Pour ce qui est de la précision, c’est dans la moyenne. Les MM2 n’ont pas la meilleure définition du marché, ça manque un peu de texture dans les basses. On sent aussi que les instruments manquent parfois de séparation et d’aération. On peut trouver mieux dans cette gamme de prix mais rares sont les intras à proposer autant de liberté pour modifier la signature sonore.

Comparaisons

Hidizs MM2 vs TFZ No.3

Hidizs MM2 vs TFZ NO3

Deux signatures en V mais deux approches différentes du son (et du confort). Plus confortables et mieux équipés que les TFZ No.3, les Hidizs MM2 sont aussi plus sages.

Si vous cherchez de belles basses et un V prononcé, alors orientez-vous vers les TFZ No.3. Ces écouteurs sont plus ronflants, avec globalement un niveau de détails plus élevé dans les basses fréquences. En revanche, attention aux aigus : ils tendent à vite piquer sur les longues sessions. Les TFZ No.3 sont un peu trop brillants par moment.

Avec leurs divers embouts, les Hidizs MM2 offrent au final une sonorité plus équilibrée tout en conservant un V suffisant pour faire taper du pied sur de bons rythmes. Malgré leur petit pic dans les aigus, je trouve au final les MM2 moins fatigants que les intras de TFZ. Et ils sont aussi plus confortables, ce qui est un atout important pour les longues écoutes.

Hidizs MM2 vs Tingker TK300

Hidizs MM2 vs Tingker TK300

Avec un prix inférieur aux TK300, les MM2 arrivent-ils à se démarquer ? Franchement, ils s’en sortent pas mal du tout.

Les deux paires ont une signature en V bien marquée. Les Tingker TK300 offrent toutefois plus d’impact dans les basses et globalement une meilleure définition, avec une meilleure aération. Les Hidizs MM2 ont quant à eux plusieurs sonorités à disposition et se montrent plus confortables. Ils ont aussi une scène sonore plus large, ce qui séduira les fans de concerts en live.

La sonorité plus douce des MM2 leur permet aussi d’être plus polyvalents, tout en ayant un peu plus de clarté que leurs homologues. Si ma préférence personnelle va aux TK300 en tant que fan de métal, je reste toutefois très satisfait par les Hidizs MM2.

Conclusion Hidizs MM2

 

L’avis de ChiFi.fr
  • Design et finitions
  • Confort
  • Qualité sonore
  • Rapport qualité/prix
3.9

Résumé

Une fois de plus Hidizs tape dans le mille. S’ils ne sont pas parfaits, les MM2 restent de très bons intras chifi à moins de 100€.

La signature en V est bien maîtrisée, sans en faire des caisses. Le système de filtres et les nombreux embouts fournis dans la boite permettent vraiment d’adapter le son, d’expérimenter pas mal de combos. Le tout est suffisamment confortable pour les longues sessions.

On peut ainsi pardonner les petits défauts techniques de ces intras sans difficultés, surtout qu’ils sont soutenus par une très belle scène sonore. En bref, je vous recommande de jeter un œil sans trop tarder aux Hidizs MM2 !

Jo

Rédacteur depuis des années, je suis récemment tombé dans le chaudron de l'audio. Écouteurs, casques et surtout baladeurs : j'ai une envie irrépressible de tester tout ce qui me passe dans les oreilles !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.