Test CCA CA16 : les intras ChiFi qui vont vous mettre une grande claque !

Il y a de ces marques qui laissent une empreinte indélébile dans les esprits. Évoquez Focal ou Meze auprès des amateurs de bon son, vous verrez immédiatement une petite étincelle de bonheur illuminer leur regard. Pour ma part, c’est CCA qui vient de gagner mon cœur avec ses nouveaux écouteurs CA16. Plus qu’un énorme coup de cœur, ces intras chinois sont tout simplement LA nouvelle référence à moins de 60€, rien que ça !

Il y encore quelques semaines, je n’avais entendu parler de CCA que de nom. C10, C12, C16 : des noms impersonnels dignes de cyborgs venus d’un anime japonais… Et pourtant, ces écouteurs sont tous des références, des intras qui font « wahou » dès qu’on les met sur les oreilles.

J’ai donc décidé d’investir dans les derniers-nés de la marque, les CCA CA16. Il s’agit d’une évolution des célèbres C16, adoptant un driver dynamique au côté de plusieurs transducteurs à armature équilibrée. Il devrait donc en résulter un son très punchy mais toujours aussi analytique qu’auparavant. Sachant que CCA est une filiale de KZ, je dois dire que j’avais une belle confiance dans mon achat.

Vous savez quoi ? J’étais tellement loin du compte… Les CCA CA16 ne sont pas qu’un bon achat. Ils sont simplement les écouteurs que tout amateur de ChiFi – et de bon son en général – se devrait de posséder sans tarder. Retour sur ces intras qui m’ont retourné les oreilles en long, en large et en travers !

 

 

Note : les CCA CA16 présentés dans ce test ont été achetés par mes propres moyens. Je ne touche aucun argent de la part du constructeur. La seule source de revenus de ce site est générée par les liens d’achat affiliés proposés dans ce test.

CCA CA16 : spécifications techniques

Les CCA CA16 se présentent donc comme une évolution technique des célèbres C16. Au programme, on perd l’un des transducteurs BA qui se voit remplacer par un driver dynamique de 7 mm. La marque nous promet ainsi une sonorité très fun mais qui conserve aussi le côté analytique des C16. Tout un programme !

Avant de plonger dans le nouveau nirvana de l’audio que sont ces intras, jetons un petit coup d’œil à la fiche technique :

  • Architecture : 7 BA + 1 DD
  • Impédance : 24 Ω
  • Sensibilité : 102 dB
  • Plage de fréquence : 20 Hz à 40 kHz
  • Connecteur : 2-Pin 0.75 mm QDC
  • Prise : jack 3.5 mm

Plutôt pas mal comme configuration, même si le grand nombre de transducteurs ne garantit pas forcément un bon son. Mais connaissant KZ, je ne pense pas que la filiale-sœur CCA me décevra.

Comme souvent, les CCA CA16 se veulent faciles à driver. Du smartphone au petit DAP style AP80 Pro, ils passeront normalement partout. Il ne reste plus qu’à trouver la bonne synergie, ce qui ne devrait pas être bien difficile grâce au côté passe-partout de ces écouteurs. Je vous en dis plus dans les paragraphes suivants.

Design et finitions

Pour être honnête, j’ai crains le pire lors de ma première approche avec les CA16, la faute à leur forme très proche des Hidizs MS1 Mermaid. Je me voyais déjà avec des intras très massifs dans les oreilles, la finition en métal en moins. Devinez quoi ? Je me suis planté dans les largeurs !

Packaging

Mais commençons plutôt par le commencement. Le packaging des intras chinois est plutôt classique, restant bien loin de la sophistication haut de gamme de celui des MS1.

Pour tout dire, c’est mon plus grand point de déception puisqu’il n’y a même pas de sacoche de transport fournie dans le paquet. Les écouteurs sont logés dans du carton et le câble dans un petit sac en plastique.

CCA CA16 écouteurs

Rien de bien folichon donc pour l’emballage. Mais ce n’est pas le pire…

Câble

Je vais être franc : le câble des CA16 pue. Oui oui, vous avez bien lu !

Il dégage une très forte odeur qui disparaît heureusement assez vite à l’usage. Je vous recommande néanmoins de passer à un autre modèle plus confortable comme celui présenté sur les autres photos de ce test. En l’occurrence, il faudra prendre un câble à connecteur QDC comme sur les YinYoo Topaz.

Câble CCA CA16

Le modèle de base des CCA CA16 est le même que sur tous les intras KZ et CCA. Les vieux briscards de la ChiFi pourront vous confirmer qu’il est assez mauvais avec sa tendance à s’emmêler très facilement et son manque de souplesse.

Confort

Mes premières impressions avec les derniers-nés de CCA furent donc loin d’être réjouissantes… Fort heureusement, les CA16 ont vite su me réconcilier avec eux.

Bien qu’ils semblent imposants, ils se révèlent d’un confort incroyable. C’est bien simple, même les Topaz qui sont une référence passent pour un appareil de torture à côté des CCA CA 16 !

Design CCA CA16

La coque en plastique parfaitement usinée et assemblée tient à merveille dans l’oreille. Mais ce sont surtout les embouts qui font des merveilles. De forme cylindrique comme sur les UFO-112, ils rentrent profondément dans le canal auditif sans pour autant provoquer la moindre gène.

En toute franchise, l’ensemble est encore plus confortable qu’avec des embouts SpinFit. Et pourtant ces derniers sont déjà d’un confort immense. Les CA16 sont juste bluffants !

Qualité sonore

Sources de test : Hidizs AP80 Pro, HiBy R3 Pro, Fiio M11 Pro, Zishan T1 (pas Pro, ça n’existe pas encore ^^)

Je commence maintenant à posséder une bonne flopée d’intras chinois. À chaque test, je ne peux m’empêcher de m’émerveiller de la qualité sonore de ces écouteurs venus d’un lointain pays. Et parfois, il y a une petite pépite qui se démarque encore plus, du style des NiceHCK M6.

Vous savez quoi ? Avec les CCA CA16, c’est allé encore plus loin. Ces intras ChiFi m’ont tout simplement mis une énorme claque aux oreilles. Jamais, ô grand jamais, je n’aurai pensé ressentir autant de bonheur – que dis-je, de plaisir jouissif ! – à écouter de la musique. Tout ça pour moins de 60€.

Rendu global

Imaginez un peu : les C16, reconnus comme étant d’une grande précision, qui se voient adjoindre les performances d’un transducteur dynamique afin de booster leur punch dans les basses fréquences. Il en résulte les CA16, tout simplement de pures merveilles de technique audio !

CCA CA16 rendu sonore

Basses

Mama mia… Moi qui aime les basses bien percutantes, je dois dire que j’ai été parfaitement servi. Dès les premiers morceaux, le transducteur dynamique des CA16 marque le coup. Les basses sont d’une profondeur et d’une maîtrise parfaite. Bien que très présentes, elles ne débordent pas sur les autres fréquences, assurant un bel équilibre à la sonorité globale de ces intras. On n’a pas le côté vibrant des NiceHCK M6, ce qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Ici, c’est le punch et la dynamique qui priment. En gros, imaginez des Topaz boostés aux stéroïdes !

Médiums

Signature en V oblige, les médiums sont légèrement en retrait sur les CA16. Ils conservent cependant suffisamment de corps pour offrir un très beau rendu sur les voix. Ici, ce n’est pas tant la chaleur qui prime, mais plutôt la précision. Le moindre son est sorti de son coin pour être mis en évidence. C’est particulièrement flagrant sur les morceaux acoustiques, c’en est bluffant !

Les bas-médiums apportent d’ailleurs juste ce qu’il faut d’impact pour donner un côté très punchy à ces intras. C’est dynamique, ça bouge bien. En bref, on ne s’ennuie pas avec les CCA CA16.

Aigus

On arrive ici sur la partie qui a su le plus me surprendre. Rares sont les écouteurs à maîtriser les aigus. Souvent ils sont trop présents, avec un côté criard. Parfois, ils manquent de corps. Là, c’est juste la bonne dose, du moins pour les oreilles. Les aigus peuvent ainsi monter haut mais sans jamais en faire trop. Il y a une belle tenue dans les hautes fréquences, mais jamais au point de provoquer de fatigue auditive. Tout ceci contribue au côté analytique des CA16, ainsi qu’à la clarté du message sonore juste ce qu’il faut.

Scène sonore et précision

Je pense que vous l’aurez déjà compris, je suis sous le charme des nouveaux intras de CCA. Tout est fait pour séduire.

Ce qui m’a le plus bluffé sur ces écouteurs ChiFi, c’est probablement leur précision. Ils offrent un rendu analytique tout simplement impressionnant pour leur prix. Même les Topaz ou les M6 n’offrent pas autant de micro-détails. J’ai redécouvert ma musique à un niveau jamais égalé grâce à ces intras.

Présentation CCA CA16

Attention tout de même, tous ces détails ne plairont pas forcément. Les morceaux très chargés pourront donner une impression de trop-plein pas forcément du goût de tous. Vous gagnerez à utiliser une source assez douce comme le HiBy R3 Pro par exemple. Un DAP déjà analytique comme le Zishan T1 risque de nuire à la musicalité de certains morceaux.

Par contre, Le Zishan T1 et le FiiO M11 Pro ont su créer une scène sonore vraiment très large. Les sons semblent encore plus ressortir sur ces sources très précises. On se laisse alors happer par la musique, chaque instrument se séparant parfaitement des autres. C’en est presque chirurgical une telle précision, mais c’est surtout un bel exploit compte tenu du prix de ces écouteurs filaires !

 

 

Conclusion CCA CA16

L'avis de ChiFi.fr
  • Design et finitions
  • Confort
  • Qualité sonore
  • Rapport qualité/prix
5

Résumé

Dois-je vraiment faire un résumé ? Franchement, que faites-vous encore là ? Foncez acheter ces écouteurs, vous ne trouverez pas mieux dans cette gamme de prix !

Son précis et détaillé, belle scène sonore, superbe musicalité, confort exceptionnel : les CCA CA16 ont tout pour eux. Bon OK, le câble de base est franchement mauvais. Mais ce n’est qu’un détail mineur tant il est éclipsé par le reste.

Quel que soit le type de musique que vous aimez, ces intras ChiFi vous transporteront dans un monde de détails jamais vu à ce niveau de prix. Associé à une bonne source et des enregistrements de qualité, vous n’aurez même plus envie de chercher plus cher. Les CCA CA16 sont pour ma part les meilleurs écouteurs de cette année à moins de 60€ !

20 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *